La Grande Fabrique 2019!

C’est bientôt le grand rassemblement sur notre rue! Et on en profitera pour fêter nos 1 an d’ouverture! Plein de surprises et de plaisir à partager avec vous pendant ce week-end…. Venez-en nous voir!

Cet été à l’atelier!

cours d’initiation à la poterie

Même pendant le beau temps, on continue de vous offrir la possibilité de vous initier à la poterie! Tous les détails du cours dans l’onglet cours et voici les dates estivales… à mettre à l’agenda!

Au tour : 26 mai, 8 et 22 juin, 21 juillet, 4 et 18 août

Façonnage : 15 juin et 20 août spécial groupe jeunes

introduction à l’histoire de la poterie

Un atelier qui remonte dans le temps afin de découvrir les débuts de la poterie jusqu’à aujourd’hui. Pas besoin de prendre de notes, vous n’aurez pas d’examen à la fin! Plutôt l’occasion de décorer votre propre tasse!

le dimanche 9 juin de 10h30 à midi – 35$ +taxes

Les marchés de l’été

On sera à la vente trottoir de la rue Ontario les 1 et 2 juin avec nos jolies tasses, il y en a certainement une qui vous plaira!

Puis c’est le grand rendez-vous annuel de Sainte-Cath avec la Grande Fabrique! Les 10 et 11 août, on vous fera visiter l’atelier si vous ne l’avez pas encore vu 🙂

Mini session intensive de cours de poterie

Tu t’es initiée au tour ou au façonnage, mais certaines étapes t’échappent? Voilà ta chance si tu n’as pas le temps (ou le budget!) de t’inscrire à une session complète de 8 ou 10 semaines. À partir du 15 juillet et pour les 4 semaines qui suivent, on te montre tout ce qu’il y a à savoir pour réaliser ta tasse, ton bol, ton vase, alouette! Toutes les infos dans l’onglet cours.

Ateliers DIY

Parce qu’on aime ça, on concoctera de plus en plus d’atelier ‘Do it yourself’! Plein de petites choses à faire soi même afin de réduire son empreinte écologique et ses dépenses 🙂

Le premier : pellicules en cire d’abeille réutilisables (Beeswax wrap). Le 5 juin de 18h30 à 20h30 – 35$

Événements à venir !

Nous sommes bien heureuses de participer au marché de fleurs de la place Valois ce printemps! Les 18, 19 et 20 mai, venez nous rencontrer ainsi que nos locataires qui auront des pièces à vendre également pour l’occasion.

Pots de fleurs et vases de styles différents pour accueillir vos achats floraux et égayer vis apparts 🙂

On a hâte, le premier marché de 2019 !

Coups de coeur de la Grande Fabrique 2018

La Grande Fabrique c’est LE rendez-vous des artisans à Montréal et ça se passe directement sur notre rue! Génial, n’est-il pas? Cette année, on a fait portes ouvertes avec Janie afin de présenter l’atelier et le café aux passants et collègues artisans.

C’ÉTAIT FOU!

Le samedi, on était décoiffées, il y avait foule dans notre petite salle à manger, un line-up, ça n’arrive pas souvent 🙂 Des inscriptions sont venues compléter la session du jeudi soir pour l’automne (n’ayez crainte, on remet ça en janvier!… et il reste encore 3 places le samedi après-midi pour les adultes) et plusieurs curieux sont venus se renseigner.

Le dimanche, il faisait chaud-chaud-chaud alors l’achalandage était plus mou disons… Mais nous étions ravies puisque cela nous a permis d’aller arpenter notre belle rue et de faire de belles rencontres! Voici donc nos coups de coeurs à Janie et à moi, comme ça pour vous faire découvrir de belles choses.

 

Cartes d'affaires Les P'tites Poires

D’abord, notre nouvelle voisine qui loue le local de feu l’atelier d’Electrik Kidz. Nous étions bien curieuses de voir ce qui s’y tramait et c’est une boutique maman-bébé!!! Les P’tites Poires ouvrira ses portes d’ici fin septembre et j’ai bien hâte. La charmante proprio est maman d’un beau garçon et travaille dur à rénover son beau local. On y trouvera des meubles recyclés ultra mignons (j’en ai vu quelques uns et j’avais le goût de redécorer la chambre de mon enfant!) ainsi que plusieurs articles pour bébés, enfants et parents confectionnés par des gens d’ici.

Et elle a du goût dans le choix de ces articles, j’y ai déniché un beau jouet en bois et un collant ”bébé à bord” original pour ma voiture. Elle compte aussi avoir un éventail d’ateliers et d’activités en boutique pour les familles, donc restez à l’affût!

Vous pouvez suivre l’évolution de l’ouverture sur sa page FB et aller les voir en grand nombre quand ses portes seront finalement ouvertes au 3921, rue Sainte-Catherine Est.

 

Les belles bobettes, un coup de coeur de Janie! De la lingerie originale et sans complexe faite à la main par une chic fille. Des tissus recyclés, des patron chics et confortables, bref c’est parfait!

Elle s’est fait un plaisir de conseiller ma collègue sur les tailles, sans complexe et avec tact. Ça fait plusieurs événements que je la croise et je trouve ses articles vraiment jolis. Personnellement je suis plus soutien sport (et présentement d’allaitement ! ), mais ça me donne le goût d’avoir une job de bureau pour pouvoir les porter!

Les belles bobettes, une boutique Etsy qui fait de beaux cadeau de toi à toi!

 

Boucles d'oreilles KAG

 

Des boucles d’oreilles en céramique?  C’est sur qu’on allait tripper ! Surtout de jolies petits boutons avec papillons, Janie s’est fait plaisir en achetant une paire. KÄG c’est des bijoux simples, mais élégants sans te ruiner… Raison de plus d’en prendre une 2e paire!

Karine Gagnon est d’abord artiste peintre et surtout une fille très créative! Son entregent est contagieux et on était bien contente d’avoir son stand devant chez nous. Ça nous a permis de jaser un peu 😉 Elle déborde de talent et franchement, ce n’est pas les bijoux qui manquent dans les foires d’artisans, mais on est tout de suite attiré par les couleurs, le design et la qualité de ses pièces. Suivez la sur Facebook pour tout savoir, en tout cas, nous on ne veut plus rien manquer!

 

Elle Blackburn bijoux et vêtements

Finalement, moi aussi j’ai craqué pour un bijou… je suis plus du type bague! Elle Blackburn a conquis mon coeur et celui de notre ambassadrice Karine Coutier puisqu’on a acheté le même modèle 🙂 Je m’en veux encore de ne pas avoir pris la deuxième bague qui me plaisait. Bof, une belle raison d’aller zieuter et me perdre sur leur site web !

Les bijoux de Laurence et Noémie font partie d’une classe indéfinissable. On y lit une belle poésie inspirée des éléments de la nature qui peut enjoliver n’importe quel style. On sent l’âme qui transpire de ces pièces, comme une pointe de sorcellerie qui s’en échappe…

Bon, je m’enflamme, mais quand j’aime; j’aime !

 

Bajoue photo

Et le dernier, mais non le moindre, ma nouvelle boutique préférée de vêtements faits à la  main et au Québec pour les tout-petits : Bajoue !

J’y ai pris un petit pantalon évolutif et un bonnet rayé pour mon garçon. Il fallait me retenir, sinon je repartais avec tout les modèles! De la qualité, de l’originalité et du mignon à la tonne, franchement se sont les lignes simples mais indémodables et la compatibilité avec les couches lavables qui m’ont séduites. Parce que, pour les non initiés à ce type de couches… ça fait de gros popotins! Et la plupart des vêtements sont trop ajustés ou serrent les bedons déjà garnis de nos bébés écolos 🙂

Pour tout savoir, suivez-les sur Facebook et si une de vos amies accouche bientôt, c’est des heures de plaisir en magasinage !

 

Et voilà! On a fait le tour! Je pense que j’aurais pu écrire un roman sur les coups de coeur de la Grande Fabrique cette année, rendez-vous l’année prochaine à la mi-août. On espère être votre coup de coeur à vous 🙂

 

Vous pouvez trouver Elle Blackburn et Les belles bobettes au Marché d’automne des designers de la Grover du 6 au 9 septembre !

Avoir un commerce, c’est…

Keep calm and shop local

J’accuse toute sortes de réactions quand on me demande ce que je fais dans la vie et que je répond que j’ai un commerce… Ça va du ”Wow, t’es chanceuse!” à ”Ouh… et puis ça marche?”. Ben oui, ça marche et non, je ne suis pas chanceuse, je fais ma chance (ah!).

Parce que c’est beaucoup de travail, d’huile de coude et d’imprévus; mais que c’est aussi plein de beaux moments, de gains en confiance en soi et surtout de belles rencontres. Avoir un commerce, selon moi, c’est acquérir un réseau unique de personnes qui embarquent dans l’histoire de ta vie et qui la façonne le temps d’un moment, de quelques années ou à tout jamais.

Je ne crois pas que nous soyons un cas isolé dans Hochelaga à finir par devenir amis avec certains de nos clients, à s’entraider entre commerçants. Faut dire que c’est assez villageois comme comportement et notre quartier a justement cette âme de village. Cela fait bientôt 10 ans que j’y habite et Janie encore plus longtemps. On finit par connaître nos voisins, nos commerçants et reconnaître les touristes – parce qu’il y en a, on abrite tout de même le Stade!  Si je vais faire des courses ou une promenade, certain que je croise quelqu’un que je connais de près ou de loin… Surtout depuis que j’ai ouvert un commerce.

ET J’AIME ÇA

J’aime saluer une cliente en promenant mon chien et prendre des nouvelles de ses enfants. J’aime m’entretenir avec les filles de l’Imprimerie ou un collègue artisan de Sainte-Catherine et suivre les potins d’la rue Ontario avec Karina. J’aime aussi m’arrêter piquer une jasette avec la voisine irlandaise qui me raconte la vie à Montréal des années 50, même si je suis un peu pressée ce matin là.

Au final, avoir un commerce, c’est un peu (beaucoup) apprendre à relativiser et à créer des liens. On ne cessait de le répéter dans mes cours de gestion à l’ITHQ : le bouche-à-oreilles, c’est la meilleure pub. Et ça ne s’achète pas, ça se gagne à coup de sourires, de bon service et d’idées nouvelles. Ça s’élargit avec les marchés, foires et avec les réseaux sociaux, mais ça s’ancre dans le quotidien, dans la rencontre que t’as eu avec le client et le temps que t’as pris pour l’écouter, lui jaser un peu et partager un bout de ta journée avec lui.

Mais c’est aussi parfois rester cachée dans le bureau quand tu feel pas et laisser ta collègue prendre la relève du service cette journée-là (tant qu’à avoir l’air bête, autant faire les comptes!) ou avoir le courage d’afficher les lettres fatidiques F-E-R-M-É pendant un long week-end parce qu’on revient plus fort après avoir pris un peu de repos. C’est prendre des vacances une fois de temps en temps même si tu personne ne te les payes et respirer avant de parler quand t’entends un commentaire désagréable ou un ”bon conseil” de gens qui ne se mêlent pas de leurs affaires. Comme n’importe quel boulot, il y a des bons et des mauvais côtés… Rien n’est parfait!

Personnellement, la balance penche du bon côté et pour certains ça sera trop à encaisser. Savoir que je peux réinventer mon travail et mon environnement sur un coup de tête comme on l’a fait avec Janie pour Argile Café, c’est juste magique! Vive l’aventure et toute l’incertitude qui vient avec!

Quoique je vous recommande fortement l’ébauche d’un plan d’affaires avant de vous lancer 😉

 

Dominique

Venez nous rencontrer et voir par vous même à quel point nos sourires sont jolis à la Grande Fabrique le week-end du 18 et 19 août ! Cette année la désormais célèbre foire d’artisans de la rue Sainte-Catherine s’étend jusqu’à Bourbonnière et nous aurons donc un kiosque devant chez nous! Surprises et bonne humeur garanties !

La genèse d’Argile Café

Selfie des propriétaires d'Argile Café

Alors voilà, on y est! L’aventure commence!

On vous a même fait une surprise et ouvert une semaine plus tôt l’espace café… On avait trop hâte de vous revoir 🙂 Voyez nos binettes heureuses de vous présenter notre nouvel espace, tellement fébriles qu’on en met des doigts dans la photo!

Je croyais important de vous parler un peu de notre démarche, de notre rencontre et du ‘pourquoi’ créer une école de poterie dans un café déjà établi dans le quartier Hochelaga. C’est une belle entrée en matière, un bel article qui lance une série bimensuelle… Et oui! je compte vous abreuver de nouvelles deux fois par mois, du moins, c’est mon objectif.

Mais revenons à nos moutons!

Pour tout comprendre, il faut remonter en 2014; l’année où j’ai ouvert un commerce toute seule comme une dinde sans même avoir de clientèle. Je promenais ma chienne Kaya sur Ste-Catherine et j’ai aperçu un local à louer. Ça semblera fou pour certains, mais j’ai tellement eu un bon feeling du lieu que j’ai commencé à m’imaginer y opérant un commerce. Par hasard (ou par destin?), le propriétaire était en train d’y effectuer des réparations et nous avons discuté. Étant de nature un peu à sauter dans un projet à pieds joints, j’ai tout de suite ébauché un projet, un petit budget et je l’ai rappelé…. Le local était à moi!

Salle àmanger le dîner dans sa première année

Au début, il n’y avait pas grand chose… Une déco minimaliste, de l’équipement juste ce qu’il faut, moi et mon couteau. J’ai couru les contrats et je me suis éparpillée dans la ville au volant de ma fidèle pépette et j’ai livré mes repas. Par chance, le quartier m’a ouvert grand les bras et m’a adopté ainsi que quelques services de garde et organismes communautaires.

Parmi ces clients, il y avait beaucoup de mamans en congé de maternité à la recherche d’endroit où relaxer avec leurs héritiers. C’est que j’avais un coin de jeu assez chouette pour les petits tout en offrant un espace convivial et de la jasette à qui en avait besoin. Et c’est là qu’un beau jour est entré Janie avec son petit dernier, les yeux un peu fatigués, mais qui s’est tout de suite sentie comme à la maison 🙂 Sa famille aussi d’ailleurs, un moment donné on les y voyait 2 fois par semaine!

Parallèlement, Le dîner! grandissait et je ne pouvais plus fournir! Mon mari a eu la gentillesse et la folie de venir travailler avec moi. De belles années qu’on n’est pas près d’oublier! À force de fréquenter les Gosselin (ça c’est le nom du chum à Janie) qui venaient dépenser leur argent bien gagné chez nous, on s’est rendu compte que nous étions pratiquement voisins. Une belle amitié est née, faut dire que leurs enfants sont vraiment incroyables et nous ont adopté assez vite!

Alors voilà, ça c’était il y a 3 ans. Janie travaillait dans un organisme à but non lucratif et moi j’opérais mon commerce avec mon chum. On a même pris des cours de poterie ensemble, Janie et moi. Je voulais m’y remettre après une pause de 8 ans et elle venait de découvrir cet art l’année d’avant. On est allé suivre des cours avec Mahmoud et parfois sa fille Mélo se joignait à nous…

Mélo qui fait de la poterie

Un jour, Janie a changé de cap et avait besoin d’un petit boulot d’appoint, moi j’avais besoin d’aide pour mes marchés fermiers (j’y vendais mes conserves). Le choix était logique pour toutes les deux et c’est à ce moment-là – été 2017 – qu’on a travaillé ensemble pour la première fois! Notre amitié s’est soudée, on avait tellement de points en commun et aussi des traits complémentaires… Bref, tsé quand ça clique avec quelqu’un et que tu lui fais confiance tout en acceptant autant ses défauts que ses qualités? Ben c’était ça. On a commencé à rêver à un espace où on pourrait faire de la poterie tout en servant des bons petits plats du jour à des clients et collègues potiers en quête de bonne humeur et bonnes vibes… On se disait ”Un jour! Quand le dîner! sera vendu, on se lancera en affaires ensemble!”

Puis là, je suis tombée enceinte à mon tour! J’ai appris cette heureuse nouvelle en plein week-end de la Grande Fabrique où je vendais pour la première fois mes pièces. Et, bien sûr, Janie était à mes côtés… C’est elle qui a pris cette photo. La première photo de moi enceinte!

Premier marché potier de Dom

Depuis le temps que j’attendais ce moment! Mes priorités on fait un virage à 90 degrés. Je prenais de moins en moins goût à avoir un horaire décousu au rythme des contrats, à faire du volume et ne plus avoir de plaisir à cuisiner, à gérer des employés qui étaient durs à satisfaire (sauf mes petites perles qui se reconnaîtrons!), bref, j’en avais marre du volet traiteur de mon entreprise, mais j’adorais toujours ma petite salle à manger, mon pignon sur rue…

À ce moment là, l’entreprise était à vendre, mais aucune réponse n’affluait. Je me voyais mal continuer ainsi pendant les années à venir. Un soir, je me souviens m’être couchée en jonglant avec l’idée de transformer mon local en école de poterie, réduire la cuisine pour y introduire des tours, le tout avec ma complice. Le lendemain matin, j’en parle à mon amoureux qui est la sagesse incarnée et à qui j’aime bien tester mes idées et nombreux projets. Son verdict : ”C’est pas fou du tout, ma chérie!”. Il ne m’en fallait pas plus! J’ai texté illico Janie pour lui lancer le projet en 2 lignes, question de lui laisser mijoter ça et voir si elle avait assez de folie pour s’emballer elle aussi. Comme vous êtes un public intelligent et perspicace, vous aurez deviné qu’elle s’est non seulement emballée, mais elle s’est lancée a fond dans l’affaire avec une énergie que je ne lui connaissais pas!

Et voilà! On s’est donné 2 semaines pour rénover la salle à manger et déménager la cuisine. Pari réussi! ET VOICI LE MAGNIFIQUE RÉSULTAT :

Salle à manger Argile Café

Ne reste que la surprise de l’atelier qui sera prêt pour le 7 août! On est assez excitées, on reçoit l’équipement demain !

Ce qui nous mène à aujourd’hui. Vous voilà maintenant un peu plus informé, en espérant vous y voir bientôt!

Dom

 

Janie et moi tenons à remercier chaudement les personnes suivantes pour leur précieuse aide pour les rénos de la salle à manger et de la cuisine. MERCI à Hélène Dubé, Nicolas Monérat, Robert Lapierre, Serge Gosselin, Jean-René Gosselin, Louis-Carl Marchand et Mélodie Gosselin.

 

Ouverture bientôt!

Argile Café: école de poterie sans prétention

Ouverture de l’atelier prévue pour le 6 août 2018.

En attendant, venez vous régaler dans l’espace Café dès le 23 juillet. On y sert des breuvages délicieux, des plats du jours créatifs et succulents et le MEILLEUR grilled cheese du quartier !

Conserves et mets surgelés à emporter également disponibles, de belles gâteries et un dépannage souper du tonnerre!

Du mardi au samedi, de 10h à 18h au 3901, Ste-Catherine EST